La Dr. Carmen Ochoa dirige, en collaboration avec l’embryologue Sara Lucas, une étude rétrospective multicentrique sur le diagnostic génétique préimplantatoire réalisée dans le cadre de la recherche clinique et fondamentale du groupe EIRE.

L’étude portait sur huit cliniques de procréation assistée réparties dans l’État espagnol, recueillant les résultats de 380 cycles effectués à des couples ayant différentes indications médicales avec un total de 2 084 embryons biopsiés.

Le but de cette étude est de réfléchir aux résultats de cette technique complexe qui présente différentes indications, dans le but étant de fournir à nos patients une information précise.

Les indications évaluées sont celles issues d’avortements répétés, d’échecs d’implantation répétés, d’altérations du caryotype et de maladies monogéniques chez les parents, d’altérations méiotiques des spermatozoïdes et de l’âge maternel avancé.

Le diagnostic génétique préimplantatoire n’est pas une technique inoffensive, tout comme aucun traitement médical ne l’est, raison pour laquelle son utilité doit être évalué aussi précisément que possible et, par conséquent, son indication.

Les aspects techniques ont aussi été étudiés, tels que : le jour de développement embryonnaire au cours duquel la biopsie est effectuée, la technique utilisée pour effectuer l’éclosion, la méthode d’étude génétique et le jour du transfert, ainsi que les résultats obtenus en relation avec le taux d’embryons sains basé sur la moyenne d’embryons biopsiés, le taux d’embryons de mosaïque, le taux d’embryons cryoconservés et le taux de réussite global et selon l’indication.

Le succès de la technique est directement lié à l’indication et à l’âge de la femme.

Le taux de grossesse est de 39% pour un âge moyen de 38,5 ans et pour un âge moyen de 36 ans, le taux de grossesse monte jusqu’à 56%.

Les résultats globaux, l’analyse et les réflexions de cette étude seront publiés dans une revue scientifique du secteur.