La fertilité représente l’état optimal de la santé mondiale. De nos jours, les troubles de la fertilité sont fréquents. Les mauvaises habitudes alimentaires ainsi qu’une activité physique médiocre y contribuent.

L’obésité est considérée comme l’épidémie du XXIème siècle. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 39% de la population adulte mondiale est en surpoids et 13% est obèse ; en Espagne, nous sommes passés de 45,4% en 1995 à 53,3% en 2006. Cela indique que nous devons clairement modifier nos habitudes alimentaires, car le surpoids a une influence négative sur la fertilité des femmes et des hommes.

Les femmes obèses sont plus susceptibles de souffrir de dysfonctions ovulatoires que celles qui ont un poids normal. Dans certains cas, il a été établi une relation entre obésité et le syndrome des ovaires polykystiques. Nous devons souligner que, bien qu’elles puissent avoir des cycles menstruels réguliers, l’obésité est en soi associée à un taux plus faible de grossesse spontanée. Des études ont démontré que les niveaux d’hormone antimullérienne (hormone qui informe de la réserve ovarienne) sont inférieurs de 34% chez les femmes de 18 à 35 ans obèses ayant un cycle normal, par rapport aux femmes de poids normal.

L’obésité masculine augmente la possibilité de paramètres séminaux anormaux. Tout indique que ce surpoids peut entraîner des altérations du taux d’hormones, ainsi qu’une diminution de la quantité et de la mobilité des spermatozoïdes.

Par conséquent, une alimentation équilibrée devrait être une priorité pour toute personne qui veuille adopter un style de vie sain, mais cela devient encore plus important lorsqu’on essaie de concevoir. Il est essentiel d’avoir des bonnes habitudes alimentaires avant et pendant la grossesse ; car, si nous les abandonnons, les risques d’apparition de complications peuvent augmenter. Pendant la grossesse, le risque de complications obstétricales est trois fois plus élevé chez les femmes obèses, les taux d’avortement augmentent et le risque de mort fœtale double par rapport aux femmes de poids normal.