Qu’est-ce que l’IAD ?

L’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) consiste à placer le sperme d’un donneur anonyme dans l’utérus de la femme receveuse. Ce donneur a été préalablement sélectionné conformément à la loi et son sperme a été congelé et stocké dans une banque de sperme.

Quand est-ce que l’IAD est-elle utilisée ?

Cette technique peut être utilisé dans deux situations différentes : d’abord, dans les couples où l’homme n’a pas de sperme ni dans le testicule ni dans l’éjaculat, ou est atteint d’une maladie héréditaire non diagnostiquée dans l’embryon. Ensuite, chez les femmes célibataires ou en couple homosexuel.

Que pouvons-nous savoir sur les donneurs ?

Le don de gamètes (spermatozoïdes) est anonyme et protégé par la loi. Le donneur ne peut rien savoir de la femme qui reçoit son sperme et la femme receveuse ne peut connaître que les caractéristiques phénotypiques (taille, couleur des cheveux et des yeux, poids), le groupe sanguin et la race du donneur, ainsi que les études cliniques auxquels le donneur a été soumis.

Le donneur peut-il réclamer l’enfant né de son don ?

Non. Le donneur ne sait absolument rien de la femme receveuse. Le donneur n’a aucun droit, obligation ou responsabilité sur l’enfant né après l’utilisation de son sperme. Une fois le consentement éclairé sur l’acceptation du traitement signé, l’enfant né sera à tous les effets inscrits au Registre de l’état civil comme le fils ou la fille du couple ou de la femme recevant le traitement. Par conséquent, tous les droits et obligations qui découlent de la maternité ou de la paternité sont valables.

Quelle est la probabilité d’avoir une grossesse avec l’IAD ?

Cela dépend de variables telles que l’âge de la femme receveuse, l’existence ou pas d’une pathologie associée et le nombre de cycles de traitement effectués, ainsi que le temps et le type de stérilité dans le cas de couples avec un homme. La plupart de patients réussissent la grossesse en 4 mois de traitement, c’est-à-dire 4 essais.

Dois-je dire à mon fils né de l’IAD comment a-t-il été conçu ?

La décision d’informer l’enfant de l’origine de son ancêtre biologique fait partie de l’intimité de chacun. D’un point de vue juridique, seule l’équipe médicale qui a traité la femme receveuse sera au courant des informations de la donation. Il n’existe aucune différence entre les enfants nés après une conception avec IAD de ceux nés après une conception biologique naturelle.